podcast

« Avocat c’est le métier le plus passionnant  »

Avocat c’est le métier le plus passionnant 

Alors que Jean Reinhart a 15 ans, il fait une rencontre décisive. Le père de son ami est avocat et il l’admire : littéraire, drôle, philosophe et mélomane, il veut être comme lui. Jean n’était pas particulièrement bon à l’école, il a eu son bac à 18 ans mention assez bien. Mais il touche à tout, il veut découvrir, savoir, rencontrer.

Convaincu qu’en devenant avocat il se parera de toutes les qualités que porte son mentor, il court après l’obtention de son bac s’inscrire à ASSAS et découvre le monde merveilleux du droit.

« Je tombe instantanément amoureux du droit »

Cet amour instantané, fugitif, rapide durera longtemps, le temps d’une vie. Durant ses études Jean fait des rencontres qui marqueront sa vie, des vrais amis. C’est une période merveilleuse pour lui.

Au cours de sa seconde année de droit, il retourne voir son mentor et lui demande de travailler avec lui avec en parallèle de ses études : il accepte. Jean découvre l’aspect technique et pratique de la profession. C’est une révélation.

Les missions sont diverses : Sacem, Dumez, Jean touche à tout et découvre différents environnements.

Un peu plus tard, il décide d’aller plus loin et d’entamer un DEA en droit privé, de passer l’examen de l’EFB et de changer de cabinet. Il est embauché en seulement 2 jours. Néanmoins, il rate son examen. Il le repasse, c’est un second échec.

Jean décide alors de prendre les choses en main et de ne pas se laisser abattre : il part du jour au lendemain à New York à la recherche d’un stage de six mois dans un grand cabinet. Il est accepté et vit avec intensité cette nouvelle vie.

A son retour pour Paris, il retente une dernière fois le barreau dans un contexte plus délicat que jamais : sa mère vient de décéder, l’un de ses meilleurs amis aussi. Il a la sensation que c’est le pire rendu qu’il ait pu faire… Et pourtant, il est admis (de justesse) ! Il prend sa revanche sur l’oral en obtenant la note de 19,75.

« On a eu de la chance »

A seulement 26 ans, Jean Reinhart pose sa plaque.

Pour lui, pour lancer son activité, il faut :

  • Un peu de talent
  • Un peu de connaissances
  • De la chance

« Le plus important c’est les premiers clients »

Ce sont eux qui permettent et qui aident à faire avancer le bateau, à faire décoller la fusée. Tout passe évidemment par les contacts, le réseau.

Le premier client de Jean est d’ailleurs issu d’une recommandation. Le client souhaitait qu’un avocat jette un coup d’œil sur son contrat de travail : il s’agissait en réalité du futur gérant de SEGA. Cela a débouché sur un accompagnement et une collaboration de longue durée.

A la suite, Jean enchaîne les dossiers et commence à embaucher de plus en plus pour gérer l’aspect corporate. Peu à peu, le cabinet s’agrandit et devient l’un des plus gros de la place : Reinhart Marville Torre.

« Un cabinet d’avocats, c’est une piste de décollage, c’est un aéroport »

Un cabinet d’avocats c’est une tour de contrôle, nous dit-il, elle est présente pour aider les personnes à atterrir ou à décoller en résolvant leurs problèmes

S’agrandissant, le cabinet pouvait enfin répondre à tous les spectres de questions pouvaient se poser les entrepreneurs ou sociétés françaises comme internationales. L’idée a été d’avant tout mettre à l’aise les clients : leur proposer tous les services dont ils pourraient avoir besoin.

« Un cabinet se construit sur la confiance »

La confiance est un sentiment qui se gagne, qui se travaille. C’est un processus de longue haleine mais qui en vaut la peine nous dit Jean. En effet, ce sont les clients qui recommandent d’autres clients à faire appel à tel cabinet si ils considèrent que le travail est de qualité.

Mais un réseau tel quel se forge sur la durée.

« Un avocat se doit d’être identifiable pour être identifié et identifié pour être identifiable »

C’est une règle d’or pour Jean. Lorsqu’il a affaire à un client, il présente ses associés en leur attribuant des spécialités.

« je suis un homme du contentieux »

Selon lui, il y aurait deux grandes catégories d’avocats.

Ceux qui exercent dans :

  • Le contentieux

Et ceux qui exercent dans :

  • Le conseil

Et au sein même de ces deux catégories, il y a deux sous catégories.

Pour sa part, Jean ne se retrouve absolument pas dans le conseil.

Mais au final, il déclare : « on vend tous la même chose »

L’avocat est un traducteur, un transmetteur. Il est le lien entre le monde judiciaire et le client. Il doit donc tout faire pour se faire comprendre par les deux qui doivent établir un dialogue par son intermédiaire. C’est un aspect plus que complexe car l’avocat doit cerner les deux et établir un dialogue.

Ce qui marque Jean, ce sont ses dossiers : la société générale de Querqueville, Renault, l’Oréal, et bien d’autres. Ces grosses signature prouvent la confiance que ses clients placent en lui.

« C’est un travail qui ne peut être fait qu’en équipe »

Jean croit avant tout à l’esprit d’équipe. Pour lui, l’avocat solitaire est voué à l’échec. L’intelligence profonde surgit lors de confrontations d’idées, de discussions. C’est indispensable afin de prendre du recul, de réfléchir à propos d’une situation donnée.

L’idée n’est non pas d’être dans une éternelle compétition mais de travailler pour un objectif commun : le bien être du client. C’est fondamental pour avancer vite et bien.

« La première heure, on drague le client »

Lors de la première rencontre avec le client, l’objectif est d’avant tout comprendre le client, le cerner. C’est pourquoi Jean déclare ne jamais faire un rendez-vous seul. C’est un travail de groupe et la moindre analyse est la bienvenue.

« Avocat c’est le métier le plus passionnant »

Finalement, le métier d’avocat est avant tout pour de la stimulation intellectuelle. L’avocat tente irrémédiablement et indéfiniment de « comprendre ce qu’il ne comprend pas ». C’est une recherche constante, sans fin.

« Je ne crois pas qu’on puisse être un bon avocat si on ne lit pas »

Pour lui, la littérature enseigne « l’âme humaine », l’objet central du métier après tout…

Cela pourrait vous interesser

J’ai peut être le regard biaisé d’un médecin qui ne voit que des malades
04/15/2024
« J’ai peut être le regard biaisé d’un médecin qui ne voit que des malades »
Présentation Nous sommes ravis de recevoir Avi Bitton dans le Podcast Advocat. Avocat reconnu en droit du travail,...
Solution par HF Avocat permet de renforcer la résilience et l’agilité au sein de la profession d’avocat », François Fagot – Avocat associé chez HF Avocats.
02/28/2024-Advocat
« Solution par HF Avocat permet de renforcer la résilience et l’agilité au sein de la profession d’avocat », François Fagot – Avocat associé chez HF Avocats. »
Nous sommes heureux d’avoir accueilli François Fagot, avocat associé chez HF avocats. Cette rencontre fût l’occasion de découvrir...
Nous sommes dans un droit en cours de construction » Patrice Spinosi – Avocat au conseil d’Etat et à la Cour de cassation.
02/13/2024-Advocat
« Nous sommes dans un droit en cours de construction » Patrice Spinosi – Avocat au conseil d’Etat et à la Cour de cassation. »
Nous accueillons aujourd’hui Patrice Spinosi. Avocat médiatisé , Maitre Spinosi est un fervent défenseur des droits fondamentaux. Il...
Navigation