podcast

« Etudiants en DJCE, les avocats de demain »

Etudiants en DJCE, les avocats de demain

Pourquoi et comment intégrer un DJCE ? Comment recruter des talents dans son cabinet ?

Ce podcast est à destination des avocats qui cherchent à recruter et des étudiants en droit qui souhaite savoir vers où aller !


En effets, pour les cabinets, nos invités du jour parlent de leurs méthodes pour trouver un stage. Vous trouverez donc tout pleins d’idée à mettre en place pour mieux recruter mieux cerner des profils de la nouvelle génération.


Pour les étudiants, vous pourrez prendre exemple sur ces trois brillants futurs avocats qui débordent d’énergie : ils nous parlent du DJCE, de comment trouver un stage, de leurs projets, de leur vie d’étudiant

Pour le podcast du jour, nous avons eu l’honneur de recevoir les trois gagnants du concours DJCE d’Anomia : Romain, Thomas et Julien.


D’abord félicitations à ces trois brillants élèves qui se sont merveilleusement bien débrouillés. Ils devaient monter un cabinet fictif et le présenter devant un jury composé de grands associés et directeurs juridiques comme Rémi Lorrain du cabinet Maisonneuve, Mathieu Brochier de Darrois, Thibaud Perrin de SVZ, Alexia Delahousse de Qonto… Ils ont été notés sur la faisabilité de leur projet, le fond et la forme. Ils ont été éloquents, convaincants et rigoureux.


Qui se cache derrière ces trois étudiants ?


Romain : Originaire des Hauts-de-France où il a commencé ses études supérieures avec une double licence en droit privé et économie spécialisée en droit des affaires. Par la suite il descend sur Paris pour « voir les grands cabinets » et faire le DJCE de Cergy qui est le seul à proposer une spécialité en droit anglo-américain qui permet de valider un double diplôme. Il a validé, entre ses deux années de Master, le CRFPA.


Thomas : Après son bac S, il commence le droit à l’université de Cergy pour continuer son master au DJCE de Cergy. Dans la lignée, il valide aussi son CRFPA. Pour la rentrée à venir il rentre à l’HEDAC.

Julien : Originaire de la région parisienne, il a choisi le droit parce que, comme beaucoup, on lui a dit que c’était une matière qui « menait à tout ». A la recherche d’un stage dans un cabinet ambitieux (à qui aura la chance de le recruter).

Qu’est-ce qu’un DJCE ?

« Un master qui porte mal son nom »
Un master qui porte mal son nom car la majorité des élèves finissent en avocature selon nos trois invités.


Le master Droit Juriste et Conseil d’Entreprise a séduit nos trois jeunes invités du jour pour son excellence, sa professionnalisation et son exhaustivité.


Un master pluridisciplinaire


D’abord, il est important de savoir que tous les DJCE sont différents, ils ont des spécialités, qui leur sont propres mais ils sont tous pluridisciplinaires.
Un DJCE propose un enseignement en droit social, économique, fiscal et des affaires. A Bercy, les cours sont très accès sur le droit sociétal.


Le fait de pouvoir toucher à tout pour les étudiants c’est un réel avantage, nous déclarons les trois élèves. En effet, cela leur permet de développer des réflexes pour plus tard, d’être habitué à être sur tous les fronts et surtout d’acquérir une culture interdisciplinaire.

Ils nous avouent même avoir ressenti des facilités sur certaines tâches lors de leurs stages.
Les DJCE permettent ainsi un accès et une vision très généraliste du droit. Bien souvent, les futurs avocats sont tiraillés par le fait de faire un choix.

Emmanuelle Barbara ou encore Noémie Saidi Cottier qui ont fait leurs études de droit en se spécialisant dans des domaines précis pour finalement exercer dans des secteurs qui n’avaient pas grand-chose à voir avec. L’idée de donner aux étudiants une vision globale leur permet d’une part d’avoir un bagage culturel mais aussi facilite leur projection afin de trouver la branche qui leur correspond plus facilement.

Un master professionnalisant :


Il est important de noter que ces deux années d’études sont très intensives et très denses. Le master propose qu’un stage de trois mois et ne donne pas la possibilité de suivre le cursus en alternance. La technicité est enseignée de manière très pointue et la pratique est compensée par l’aspect très professionnalisant des cours donnés par des personnes du métier.


En effet, les intervenants ne sont pas uniquement des professeurs et universitaires. Une grande part des heures de travail sont déléguées à des professionnels. Ainsi, des associés et collaborateurs viennent parler de leurs spécialités.


Nos trois invités nous avouent que cela leur a permis de s’adapter beaucoup plus vite lors de leurs stages.

En plus de cela, tous les étudiants en DJCE ont accès à un grand nombre de concours comme celui de White & Case, le trophée du meilleur jeune fiscaliste, le concours de l’association française des juristes d’entreprise, le concours d’Anomia et encore pleins d’autres.


« Mettre les mains dans le cambouis »


Ces concours permettent élèves d’une part de travailler et de pratiquer certains aspects pas vus en cours, de renforcer l’esprit d’équipe mais surtout de leur faire une entrée dans le monde du droit et commencer à se forger une place. Ça apporte beaucoup, ce sont de réelles opportunités.

Comment recruter un stagiaire dans son cabinet d’avocat ?

Soyez à l’affût chers recruteurs, prenez des notes car vous allez entendre vos futurs collaborateurs donner leurs avis, sans filtres, comment ils cherchent réellement un cabinet et surtout comment ils font leur sélection.


Évidemment, ils n’ont pas tous les trois les mêmes critères : il y en a qui recherche dans le secteur qui le passionne (accès sur les nouvelles technologies), les autres sont ouverts à tous les secteurs.


Pour autant, nous constatons qu’au niveau de leur sélection, les trois étudiants ont des conditions communes.


Par exemple, ils arrivent à savoir dès le premier entretien si le cabinet est transparent avec eux ou pas.

Ils veulent savoir quel rôle ils auront : s’ils pourront toucher à différents secteurs, à quel points ils seront intégrés dans les équipes et dans les dossiers, si ils sont vraiment pris en charge par les associés ou les collaborateurs, etc.


En réalité, tout est une question d’investissement et d’implications. Ces trois jeunes estiment qu’ils en ont à donner et par conséquent il est nécessaire que le cabinet aussi se mouille.

Il s’agit donc d’instaurer une relation qui fonctionne dans les deux sens et comprendre que certes le stagiaire apporte au cabinet mais que le cabinet doit aussi lui apporter.

Pour ces étudiants, il est inconcevable d’apprendre seul tout durant le stage.
Ils nous parlent aussi de leur peur et leur appréhension des gros cabinets : surcharge de travail, pas de vie personnelle, stress, horaires non flexibles, peur d’être considéré comme un pion… Une vision assez « horrible ». Ils privilégient donc les petits et les cabinets moyens de 10 à 20 avocats.


L’ambiance générale est primordiale. L’un des interrogés nous dit même que s’il ne voit pas de sourires sur les visages des autres salariés lorsqu’il se rend au cabinet pour l’entretien, ça en dit beaucoup.


Ainsi, ils apportent une grande importance au « cadre de vie ».

Évidemment que le salaire importe mais il ne fait pas tout, loin de là.

Cette nouvelle génération à besoin de dynamisme, de projets, de voir loin. Elle est impliquée et elle en veut et c’est à vous, cabinets d’avocats, de vous adapter.

Ce sont eux les avocats de demain qui feront vivre votre structure.

Pour aller plus en profondeur, n’hésitez pas à lire notre article sur la marque employeur qui a été conçu pour vous aider à travailler sur ce problème du recrutement.


Pour nos trois invités, il est inévitable que le cabinet dans lequel ils travailleront leur propose un projet sur le long terme.

Pour ce qui est de leurs recherches, que ce soit en contactant directement les cabinets, en scrutant les réseaux sociaux comme LinkedIn et Twitter, ils nous expliquent qu’ils n’ont pas vraiment de règle précise.

Ce qu’ils souhaitent pour leurs années à venir c’est évidemment leurs réussites scolaires. Ils se languissent de prêter serment et surtout de trouver la bonne structure qui leur conviendra.

Un grand merci à eux pour s’être confiés à nous, pour nous avoir accordé leur temps. Nous leur souhaitons une carrière remplie de réussite et de dossiers palpitants !


Et nous vous souhaitons à vous, nos auditeurs, une bonne écoute !

Cela pourrait vous interesser

Solution par HF Avocat permet de renforcer la résilience et l’agilité au sein de la profession d’avocat », François Fagot – Avocat associé chez HF Avocats.
02/28/2024-Advocat
« Solution par HF Avocat permet de renforcer la résilience et l’agilité au sein de la profession d’avocat », François Fagot – Avocat associé chez HF Avocats. »
Nous sommes heureux d’avoir accueilli François Fagot, avocat associé chez HF avocats. Cette rencontre fût l’occasion de découvrir...
Nous sommes dans un droit en cours de construction » Patrice Spinosi – Avocat au conseil d’Etat et à la Cour de cassation.
02/13/2024-Advocat
« Nous sommes dans un droit en cours de construction » Patrice Spinosi – Avocat au conseil d’Etat et à la Cour de cassation. »
Nous accueillons aujourd’hui Patrice Spinosi. Avocat médiatisé , Maitre Spinosi est un fervent défenseur des droits fondamentaux. Il...
podcast Patrick Maisonneuve
01/15/2024-Advocat
« Tout est possible dans cette profession et le meilleur est souvent au rendez-vous.» – Patrick Maisonneuve, Avocat en Droit Pénal Général et Droit Pénal des Affaires | Podcast »
Patrick Maisonneuve, invité de notre podcast, est un avocat de renom, célèbre pour son expertise en droit pénal....
Navigation