podcast

3 actions avant de se lancer en tant qu’indépendant

Lancer son activité est un challenge, c’est une prise de risque. Pour autant, vous pouvez en prévenir certains

Vous commencez de plus en plus à vous dire que, finalement, travailler à votre compte, ce ne serait pas si mal… Mais gare à vous ! Vous ne pouvez pas vous lancer comme ça, sans avoir analysé la situation de manière profonde et précise. Ou alors à vos risques et périls … Mais tout de même, l’idéal serait de sécuriser vos arrières et de penser à partir du bon pied !

D’ailleurs, on a remarqué que bien souvent, après avoir travaillé un bon nombre d’années en tant que collaborateur, l’idée de prendre son envol s’efface un peu chez les avocats. Elle s’oublie. Ou en tout cas, la peur de perdre une certaine « stabilité » et d’avoir de nouvelles responsabilités vous freine beaucoup. C’est un peu la peur de l’inconnu… Peur de l’échec, peur de soi par manque de confiance, etc.

Essayez d’oublier un peu toutes ces idées noires. On le répète, c’est bientôt me printemps et on revient avec de bons conseils.

Aujourd’hui, on vous donne trois actions à travailler avant de s’installer.

1 – Définir le positionnement de son activité d’avocats

Si vous nous lisez un tant soit peu vous savez bien qu’on prône la communication au maximum, que c’est un élément central pour tout cabinet.

Pour autant, il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Avant de vous lancer sur du concret, il faut que votre cabinet ait une position forte sur un marché déterminé.

Une prise de recul

Evidemment, vous positionner implique faire des concessions, de choisir une spécialité. Il est donc nécessaire que vous vous posiez les bonnes questions :

  • Prenez en considération les avantages et les inconvénients de chaque segment

  • Vous avez sûrement une spécialité qui vous assurera une certaine crédibilité, servez-vous-en

  • Vous parlez d’autres langues ? Cela vous facilitera l’insertion dans certains milieux

  • Vous avez déjà des connaissances dans un secteur en particulier ? Analysez-le

Le but étant de bien choisir, de voir à long terme le segment dans lequel vous serez le plus performant et surtout dans lequel vous pourrez travailler. Une fois que vous vous êtes posé toutes ces questions, tirez le fil pour prendre la décision d’un positionnement.

Néanmoins, il y a quelques critères qui sont à prendre en compte !

Les facteurs quantitatifs

Vous devez déterminer le potentiel de rémunération que vous pouvez obtenir avec chaque segment. Que ce soit au niveau de la croissance, de la rentabilité, etcétéra : soyez précis.

Les facteurs qualitatifs

Dans un second temps évaluez la facilité que vous aurez à toucher votre cible. Par exemple, si vous êtes avocat en droit social et que vous parlez couramment l’allemand, il peut être intéressant de cibler les PME allemandes souhaitant s’installer en France.

L’objectif étant que vous fassiez du chiffre rapidement et que vous vous fassiez reconnaître dans un milieu précis. 

Votre positionnement doit être clair : secteur, expertise, on doit vite comprendre afin de devenir une référence le plus rapidement possible. Vous devez définir votre vision, trouver une ligne directrice.

Plus vous toucherez une cible restreinte, plus il vous sera facile de la convertir car vos actions seront adaptées à leurs besoins.

Avant toute action de développement, il est nécessaire de déterminer précisément la cible que l’on souhaite toucher. C’est elle qui déterminera l’orientation de vos actions. Ce travail doit donc être fait en amont.

Une segmentation du marché

Ainsi, il est important de segmenter le marché. C’est la première étape d’une stratégie marketing. L’objectif étant de concentrer vos efforts pour avoir augmenter la valeur ajoutée. Dans un premier temps, la seule force de travail dont vous bonifierez sera la vôtre. Priorisez vos actions et soyez stratégique.

Evidemment que c’est tentant de viser un marché généraliste pour se retrouver sur différents secteurs et de viser un grand nombre de prospects. Néanmoins avec cette démarche, vous serez souvent perdant. Il vaut mieux se spécialiser sur un secteur précis dans un domaine particulier afin d’être reconnu : Il vaut mieux être le gros poisson dans la mare, qu’un petit requin dans l’océan

C’est exactement ce qu’a fait le cabinet Auguste Debouzy. L’équipe en droit social compte parmi les plus reconnues du marché et intervient dans tous les domaines du droit du travail. C’est à partir de 2005 que le cabinet mise sur le droit du travail pour améliorer sa croissance. En se spécialisant, ils créent leur renommée. D’ailleurs, Emmanuelle Barbara parle de cette période dans notre podcast.

Aujourd’hui, le cabinet est l’un des plus reconnus de France et aujourd’hui il est généraliste. S’il peut se permettre d’agir sur différents secteurs c’est tout simplement parce qu’il a ouvert son spectre au cours de son développement. Dans un premier temps, il s’est créé une image, une notoriété. En fidélisant et en montrant leurs capacités sur un marché, ils ont montré de quoi ils étaient capables. Le développement vers d’autres secteur est venu dans un second temps avec des équipes dédiées.

Créer une fiche d’identité

Une fois le segment choisi, il est nécessaire que vous alliez plus en détail dans la définition de votre cible. Etablissez les caractéristiques de la personne morale que vous souhaitez avoir comme client dans votre portefeuille. L’idée c’est d’avoir un profil type de votre cible accompagné de toutes les informations spécifiques.

Si vous souhaitez travailler avec des laboratoires pharmaceutiques en région centre Val-de-Loire, vous aurez moins de mal à attaquer votre cible. Le profil type vous permet d’être plus productif.

2 – Prévoir des stratégies pour connaître la cible de son cabinet d’avocats

Une fois que vous avez déterminé votre cible, il vous reste le plus dur du travail : réussir à connaître votre cible et à vous faire connaître d’elle.

Vous insérer dans le milieu

Même si vous connaissez à priori le milieu dans le quel vous avez choisi de pratiquer (ou peut-être pas du tout), avoir un regard professionnel sur la chose est très différent. Cela vous demande une analyse et une réflexion constante. Approchez vos prospects, côtoyez-les afin de comprendre leurs problématiques et les enjeux qui les touchent.

Allez sur les réseaux sociaux, faites parties de groupes, allez à des évènements. Le but c’est que vous analysiez la situation de vos prospects. C’est une étape essentielle dans la création d’un cabinet. Il faut que réussissiez à trouver des points communs à vos cibles, décrivez-les, analysez leurs parcours, leurs objectifs finaux, imprégnez-vous de leur culture, de leurs codes, notez leur source d’informations et les canaux qu’ils privilégient. L’idée c’est d’en savoir le plus possible sur eux.

Une fois que cela est fait, vous pourrez construire un argumentaire en béton.

Faites de votre cabinet d’avocats une marque

Lorsqu’un prospect entend votre nom de votre cabinet, il faut qu’il l’assimile à votre spécificité. Ainsi, il comprendra directement que vous pourrez potentiellement répondre à ses problématiques. Vous faire reconnaître en tant que spécialiste du domaine en question

Et cela passe par la communication :

  • Réseaux sociaux : ayez une direction précise et ne partez pas dans tous les sens, les gens doivent se rappeler de vous
  • Site internet : il doit être clair. Il faut que l’on comprenne vite dans quel secteur vous travaillez, pourquoi et surtout ce que vous apportez
  • Apparitions médiatiques : ces apparitions se travaillent. Le sujet que vous traiterez, le média dans lequel vous interviendrez, votre position, tout compte.

Pensez uniformité.

Toute cette mise en place vous permettra de concentrer vos efforts au maximum afin de prioriser en amont. Vous aurez une base solide sur laquelle vous pourrez travailler sereinement.

3 – Connaître les concurrents avocats et autres

Pour avoir une vue globale du marché au sein duquel vous comptez travailler, il est nécessaire que vous établissiez une liste composée de tous vos concurrents. Vous aurez évidemment des concurrents directs comme les avocats. Mais soyez attentifs parce que vous pouvez en avoir qui sont beaucoup moins visibles comme des comptables ou des notaires. Tout dépend de votre angle d’attaque.

Identifiez les thèmes de comparaison en repérant les points positifs de vos concurrents, leurs faiblesses. Cela vous aidera non seulement à mieux vous positionner mais en plus à à travailler sur vous.

Quelqu’un qui sait de quoi il parle, qui utilise les mots justes et précis met en confiance son client.

Ainsi, listez les critères de choix de vos concurrents, que ce soit le budget, la réputation, la spécialité.

Par exemple, ne reprenez pas les propositions de valeurs des LegalTech. Elles ne peuvent pas réaliser votre travail et vous encore moins le leur !

Evidemment que beaucoup de choses s’apprennent sur le terrain. Seulement, il vaut mieux prévenir que guérir.

Si vous souhaitez aller plus en profondeur et aborder des situations précises, n’hésitez pas à nous contacter ! Ce type de problématiques est régulièrement abordé lors de nos formations et ateliers. . Pour en savoir plus, cliquez ci-dessous :

Cela pourrait vous interesser

Comment négocier ses prestations d’avocat ?
05/25/2023-Développement commercial
Comment négocier ses prestations d’avocat ?
Comment négocier ses prestations d'avocats avec ses clients ? Les clés pour augmenter son chiffre d'affaires
Les procès médiatiques : la double peine
05/12/2023
Les procès médiatiques : la double peine
L’opinion publique est une question fondatrice de la démocratie. Donner son avis, débattre sur un sujet de manière...
L’importance du SEO pour les avocats
05/05/2023-Marketing & Communication
L’importance du SEO pour les avocats
Découvrez comment les avocats peuvent améliorer leur visibilité en ligne grâce au SEO. Apprenez à écrire des articles...
Navigation