podcast

« Être avocat, c’est aussi savoir plaider pour soi »

Pierre-Philippe Boutron-MarmionAvocat associé chez Boutron-Marmion

Pierre-Philippe Boutron-Marmion

Aujourd’hui, j’ai le grand plaisir de vous faire découvrir ma conversation avec Pierre-Philippe Boutron-Marmion, avocat pénaliste au sein du cabinet Boutron-Marmion Associés.

Devenir avocat : une passion née pendant son année de prépa

Pierre Philippe n’a pas toujours voulu devenir avocat. Après sa terminale S, il s’est orienté vers la CPGE. Au cours de cette année de prépa, il a été amené à réaliser une khölle sur le code civil. Ne connaissant qu’un seul juriste, son grand-père, il décide de le questionner sur le sujet. C’est alors que son grand-père lui transmet la passion de l’avocat. Dès lors, il décide d’arrêter la prépa pour entrer à Assas en L1. Durant son premier cours, le professeur dit aux étudiants : « regardez la personne à droite, regardez la personne à gauche, l’année prochaine il n’y en aura qu’un des deux en L2 ». Chose amusante, la personne à sa droite est aujourd’hui son associé, et la personne à sa gauche est un confrère. Comme quoi il faut toujours faire mentir les statistiques.

Fiscalité ou droit pénal : le choix fut vite fait !

Il poursuit tranquillement ses études à Assas et valide un Master en droit des affaires. Pour s’éloigner un peu de la formation d’avocat, il décide d’effectuer un Master 2 fiscalité à Dauphine. Après ce Master 2 fiscalité à Dauphine, il enchaîne avec un Master 2 contentieux arbitrage à Assas. Suite à cela, il réussit le concours du barreau et entre à l’EFB. Comme beaucoup d’avocats passés par là, il est très critique par rapport à l’EFB. Cours peu intéressants, loin de la vie quotidienne de l’avocat.

Une volonté d’entrer rapidement dans le monde professionnel

En parallèle de ses études d’avocats, Pierre-Philippe a toujours voulu s’ancrer dans le monde professionnel. Si bien que, chaque année, il effectuait un stage dans les plus grands cabinets d’avocats. Sa recette : la persévérance et l’abnégation. Il n’avait aucun contact dans la profession mais il a su convaincre. Néanmoins, il ne suffit pas d’être en stage dans un grand cabinet. Encore faut-il en tirer de bonnes expériences susceptibles de nous aider à l’avenir. Il faut être proactif et observer les autres personnes du cabinet. Regarder comment manager ses équipes,  comment fonctionne la structure. Après des stages chez August&Debouzy, Herbert Smith ou encore Linklaters, il prend conscience que ces grands cabinets ne sont pas pour lui. En effet, Pierre-Philippe souhaite développer sa propre structure. C’est pour cette raison qu’il décide de rejoindre un cabinet de taille plus modeste. Il craignait d’être enfermé dans le paradigme du collaborateur. Devoir travailler pour le cabinet et devoir développer sa clientèle.

Entreprendre à tout prix

Après plusieurs années ans des cabinets de petite taille, il était confronté à une problématique. Ayant réussi à développer sa clientèle, il devait soit l’abandonner pour se consacrer au cabinet, soit se lancer. Il a choisi la deuxième solution. Tout d’abord installé dans un cabinet partagé avec d’autres avocats, il a rapidement pris ses propres bureaux. Pour créer son image de marque, il a géré sa communication. Il a tout d’abord communiqué auprès de ses clients, puis auprès de ses collaborateurs. Etant avocat en droit pénal des affaires, des confrères ont pu le recommander. De la même manière, certains de ses clients ont organisé des séminaires avec des partenaires où il est amené à intervenir. C’est en répétant ce type d’interventions qu’il parvient à obtenir de nouveaux clients. De la même manière, il a organisé une analyse pour savoir d’où venaient ses prospects.

Pour finir, il explique que, le plus important, est d’écouter son instinct et d’exercer son métier comme on le souhaite.

Cela pourrait vous interesser

Je ne suis pas qu’avocate, je suis cheffe d’entreprise.
06/21/2022-AdvocatCréer son cabinetDéveloppement commercialRecrutement & Management
« Je ne suis pas qu’avocate, je suis cheffe d’entreprise. »
Aujourd’hui dans cet épisode d’AdVocat, nous recevons Agathe Monchaux-Fioramonti, avocate associée chez Monchaux-Fioramonti.  Agathe est avocate au barreau...
Je demande toujours à mes collaborateurs 5 à 10% de plus que ce qu’ils sont capables de faire à leur niveau. 
06/07/2022-AdvocatCréer son cabinetDéveloppement commercialMarketing & CommunicationPilotageProcess & DigitalisationRecrutement & Management
« Je demande toujours à mes collaborateurs 5 à 10% de plus que ce qu’ils sont capables de faire à leur niveau.  »
Aujourd’hui dans cet épisode d’AdVocat, nous recevons Maître Benoît Greteau, avocat associé chez Veil Jourde. Benoît commence sa...
Ta survie quand t’es avocat, c’est d’être indépendant.
05/30/2022-AdvocatCréer son cabinetDéveloppement commercialMarketing & CommunicationPilotageProcess & DigitalisationRecrutement & Management
« Ta survie quand t’es avocat, c’est d’être indépendant. »
Aujourd’hui dans cet épisode d’AdVocat, nous recevons Maître Lionel Spizzichino, avocat associé chez Willkie Farr & Gallagher. Nous...
Navigation