image de couverture du podcast de Julie Couturier

“Prochain bâtonnier du Barreau de Paris” Julie Couturier, Bâtonnier du Barreau de Paris & Associée chez JCD avocats

Qui était Julie Couturier avant d’être avocat ?

Julie a fait des études de droit sans vouloir spécialement être avocate, mais elle découvre qu’elle aime le droit. Elle y trouve une appétence particulière pour la procédure avec Robert Badinter comme professeur d’institution judiciaire ou bien encore Jean-Denis Bredin en procédure civile.

Que ce soit dans son premier stage au sein du cabinet Roubache & Moison-Braud ou bien dans l’associatif avec l’UJA, Julie Couturier trouve un sentiment d’appartenance et de communauté.

Les débuts de Julie Couturier dans un cabinet.

Pendant sa première expérience dans le cabinet Roubache & Moison-Braud, Julie travaille à mi-temps car elle passe en parallèle une thèse, ce qui est plutôt difficile à concilier. Elle décide donc de quitter le cabinet pour se consacrer à sa thèse. À la fin de cette thèse, elle devient collaboratrice au sein du cabinet Fischer Tandeau De Marsac Sur et Associés.

Les premiers pas chez Fischer.

Le cabinet a choisi de se positionner sur l’ultra-spécialisation en procédures et notamment en procédures civiles d’exécution. Julie se voit confier un contentieux de masse de recouvrements pour un établissement financier, donné par Sylvestre Tandeau de Marsac. Elle apprend “sur le tas”, particulièrement le domaine des saisies immobilières et des contrats de crédit.

Au bout de 6-7 ans, le cabinet lui propose de s’associer afin de créer un département. Lors de sa première année d’association, le principal contentieux qui lui avait été confié a été fermé. Julie a donc dû repartir de zéro et chercher à développer sa clientèle, au moment de la réforme de la saisie immobilière. Elle décide ainsi de se remettre à niveau dans ce domaine et de se former puis de former. Tout ceci lui permet de constituer une nouvelle clientèle.

Suite à cet épisode, les rapports avec les autres associés se sont modifiés et le cross-selling a été plus compliqué au sein du cabinet d’affaires généralistes. En 2017, elle décide donc de partir pour créer sa propre structure.

La création de sa structure.

Elle part de chez Fischer avec sa collaboratrice et son assistante. Elle s’affiche comme cabinet de niche et rachète une petite clientèle d’une consoeur. Un travail important est fait sur la valorisation et la reprise de cette clientèle.

Julie travaille essentiellement avec une clientèle institutionnelle. Un confrère, qui n’avait plus envie de travailler avec un mandataire judiciaire, lui propose de récupérer ce client. Cela permet à Julie d’assurer un certain revenu bien que les dossiers ne soient payés qu’à la fin. Ce client, satisfait des services proposés, lui recommande d’autres clients. Julie a également fait des formations qui lui ont permis de gagner en notoriété et en visibilité.

La structuration interne d’un cabinet.

Depuis l’installation du cabinet, il y a 4 ans, Julie Couturier a recruté deux collaborateurs, ce qui a donné lieu à des besoins de structuration interne. Un projet de rapprochement avec un autre cabinet, équivalent au sien et très spécialisé, est en vue.

Ce projet de rapprochement, expliqué et imposé par ses nombreux engagements associatifs et par le cadre de son élection au bâtonnat de Paris en 2022, a pour but de structurer deux cabinets semblables. Être bâtonnier, alors que l’on dirige une petite structure, n’est clairement pas facile et demande de l’organisation.

Dans ce podcast, on aborde aussi :

1- Le rapport d’un avocat avec les associations (UJA , Droit et procédure)
2- Le développement d’une clientèle depuis zéro
3- L’élection au bâtonnat de Paris
4- La création et la structuration d’un cabinet d’avocats

Toute l’équipe d’Anomia vous souhaite une excellente écoute !



Partager cette publication