« Un client a besoin d’un technicien, mais, avant tout, il a besoin de conseils » Jean-Philippe Delsol, associé fondateur chez Delsol Avocats

Qui était maître Delsol avant de devenir avocat ?

Jean-Philippe a eu la chance d’avoir deux beaux-frères : un en conseil juridique et un avocat. De ce fait, il est embauché dans le cabinet de conseil juridique en tant que stagiaire et apprend son métier. Il commence à travailler sur les dossiers de ses beaux-frères, mais il décide rapidement d’aller chercher ses dossiers lui-même.

Il commence par essayer de travailler avec des collectivités territoriales. Il trouve quelques clients, mais il comprend assez rapidement que le marché n’est pas mûr. Toutefois, cela lui permet de rencontrer un avocat, Joseph Nicol, qui cherchait un collaborateur en droit fiscal. Ils décident donc de travailler ensemble à mi-temps. Cet avocat apprend tout à maître Delsol.

Jean-Philippe continue de développer sa clientèle et finit par ouvrir un cabinet à Lyon.

Construire le cabinet Delsol

À la suite à son succès, il décide rapidement de s’entourer de collaborateurs et de nommer des associés. Après 10 ans de pratique et un fort développement à Lyon, Jean-Philippe décide d’aller chercher des relais de croissance à Paris. Il décide de récupérer la clientèle d’un confrère en conseil juridique et d’embaucher un collaborateur pour gérer le bureau parisien.

Afin de gérer le développement, maître Delsol a toujours été partisan d’avoir des structures administratives fortes (secrétaires, assistants juridiques) pour permettre aux avocats de se concentrer sur leur métier pour être disponibles et efficaces.

Faire grandir le cabinet

Dans une optique d’agrandissement, Jean-Philippe Delsol travaille main dans la main avec maître Fisher et maître Tandeau de Marsac. Toutefois, Jean-Philippe pense qu’il faut aller plus loin dans la collaboration. Il discute donc avec le cabinet Bignon-Lebray pendant plus d’un an au sujet d’une fusion.

À ce moment, une chose inquiétait Jean-Philippe : le mode de fonctionnement “lock-step” en opposition avec le système américain “eat what you kill”. Cela n’a finalement aucun impact direct sur la fusion.

Faire grandir ses valeurs

Au bout d’un an, l’équipe Delsol constate les problématiques que pose le “lockstep”. Plusieurs associés profitaient du système de rémunération. Maître Delsol décide donc de quitter le cabinet Bignon-Lebray-Delsol qui n’est pas tout à fait en adéquation avec ses valeurs.

Jean-Philippe décide d’adopter le mode de fonctionnement : “eat what your kill” tout en gardant des systèmes de valorisation pour la vente croisée dans le but de conserver un esprit de corps fort. Il est également question de trouver un équilibre entre profit et valeur humaine afin de créer un cadre de travail agréable pour les associés et pour les collaborateurs.

Plusieurs associés du cabinet ont suivi Jean-Philippe dans son nouveau cabinet. Delsol avocats reprend ses bureaux à Lyon et ouvre des bureaux à Paris et nous raconte la vision de son cabinet et les prochaines étapes de son développement.

Dans ce podcast avec maître Delsol, nous abordons les thématiques suivantes :

  • La création d’un cabinet d’avocats
  • Trouver des relais de croissance pour un cabinet
  • Créer des valeurs et fédérer une équipe autour de ces valeurs

L’équipe Anomia vous souhaite une excellente écoute !



Partager cette publication