REPENSER SES SERVICES ET SA RELATION CLIENT PAR LE LEGAL DESIGN

La crise sanitaire que vit le monde avec probablement des conséquences dramatiques notamment sur le plan socio-économique, a permis de dévoiler la fragilité organisationnelle des professions judiciaires et juridiques, en particulier la profession d’avocats (déjà confrontée à de nombreux défis ces dernières années) qui a pris de plein fouet la crise du coronavirus (dernière enquête du CNB).

Avec l’entrée en vigueur du confinement et la fermeture partielle des juridictions, certains avocats, pris à la gorge, ont vu leur activité baisser drastiquement. D’autres, pour maintenir le lien avec leurs clients et collaborateurs, se sont mis à la transformation numérique en marche forcée.

Beaucoup d’avocats ont dû se mobiliser, chacun dans sa spécialité, pour décortiquer puis expliquer à leurs clients l’avalanche de textes (loi, ordonnances, décrets d’application…) instaurant des mesures d’urgence dérogatoires à la réglementation.

Le legal design pour dépasser la fixité fonctionnelle

Face à cette situation économique catastrophique, chacun tente de continuer à travailler pour sauver son cabinet en s’appuyant sur lapensée analytique (ex : appeler sa banque pour suspendre des échéances, demander le report des échéances sociales et fiscales mettre son équipe au télétravail ou au chômage partiel, facturer des provisions à ses clients suivis…  ). Or la pensée analytique est un outil bien adapté au fonctionnement normal et quotidien d’un cabinet d’avocats mais qui s’avère insuffisante lorsqu’il s’agit de gérer une situation inhabituelle et inédite, telle que la crise actuelle, qui requiert une capacité d’imagination forte et une intelligence créative.

En matière d’innovation, la fixité fonctionnelle nous empêche souvent de penser à des solutions alternatives aux problèmes rencontrés ou d’inventer de nouvelles manières d’utiliser des compétences déjà existantes chez les avocats.

Apporter des réponses claires et précises. Mettre de côté le superflu des consultations interminables afin de donner des informations compréhensibles et actionnables de suite par leurs clients, expliquer de façon pédagogique en schématisant des processus, travailler à distance avec ses collaborateurs, mettre des ressources en ligne pour ses clients, repenser son organisation, ses services et son modèle économique, communiquer efficacement sur les réseaux sociaux (en évitant le PDF de 10 pages de texte)… tel sont les défis à relever par les avocats et auxquels répond parfaitement le legal design.

Le legal design pour concevoir de nouveaux services centrés clients

Sans minimiser la gravité de la situation, cette crise peut être envisagée comme une opportunité pour les avocats afin de tirer malgré tout parti de cette période difficile. Avec le legal design les avocats peuvent développer leur créativité pour imaginer autant d’utilisations possibles à leurs expertises au service de leurs clients !

La démarche du Legal Design permet de mettre ses clients au centre pour mieux comprendre leurs attentes, faire preuve d’empathie est la base. Que ce soit pour communiquer avec ses clients ou sur les réseaux sociaux, l’avocat doit faire l’effort d’écrire dans un langage clair facile à lire de façon à être compris par des non-juristes

Comprendre réellement les enjeux business de ses clients et le faire savoir est primordial afin d’être proactif et apporteur de vrais solutions business.

Le langage clair et visuel de l’information juridique

Recourir aux outils visuels quels qu’ils soient (schémas, dessins, tableaux, vidéos, graphiques, diagrammes etc.) permet de mieux appréhender le droit et de ce fait aide à la maîtrise des risques juridiques.

Les avocats seront de plus en plus amenés à concevoir des documents juridiques avec des outils visuels et un langage clair, mais aussi des contenus juridiques faciles à lire et à comprendre par leurs clients.

D’ailleurs, c’est les recommandations faites par la CNIL concernant la mise en oeuvre du RGPD ainsi que dans son récent avis sur le projet d’application mobile (StopCovid)  où «la Commission insiste notamment sur la nécessité de délivrer une information compréhensible par le plus grand nombre, dans des termes clairs et simples.».

Profitez de cette période pour remettre en question ses certitudes, imaginez de nouveaux services à proposer à ses clients, s’initier à la pratique d’une nouvelle discipline, mettre, faire émerger des solutions innovantes parce que in fine l’avocat est aussi un entrepreneur qui doit optimiser son activité, travailler sa marque et son positionnement.

Il y a beaucoup à faire pendant et après ce confinement qui se prépare dès maintenant notamment par l’adoption du legal design pour repenser ses services et sa relation clients.

Le monde d’après se prépare aujourd’hui !

.Définition du legal design par Juridy

Le Legal Design est un état d’esprit pour apprendre à travailler en mode projet avec des métiers non juridiques et en équipe pluridisciplinaire (casser les silos) en mettant le client “Utilisateur” au centre de la démarche. Le but étant d’apporter une prestation de service claire, compréhensible, opérationnelle et engageante.

Exemple : le fonds de solidarité expliqué en Legal Design


Rédigé par :

Sihem AYADI DUBOURG est diplômée de l’EFB de Paris, titulaire de diplômes de Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat (CAPA) à Paris et à Alger et de Certificat Executive Education de SciencesPo Paris.Sihem, spécialisée en droit des affaires, a exercé pendant plus de 16 ans en cabinet d’avocats et notamment en tant que Directrice juridique dans des groupes français à dimension internationale (Auchan, Bolloré).Au cours de ses différentes expériences, elle  s’est rendue compte que le rôle du juriste ne peut plus se limiter à celui du sachant qui dit le droit et qu’il lui fallait développer des compétences transversales pour convaincre, expliquer, gagner la confiance, rallier et sécuriser les intérêts de ses clients. En 2019, elle se lance dans l’entrepreneuriat en créant Juridy Legal Design.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


La newsletter Anomia

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez nos 340 avocats abonnés.