Avocats : trouver les bons profils

Recruter quand on est avocat : trouver les bons profils

Le recrutement est l’une des tâches les plus difficiles du chef d’entreprise, et donc de l’avocat. En plus de demander des compétences spécifiques et d’être extrêmement chronophage, le recrutement est hautement stratégique pour un cabinet d’avocats. En effet, dans les métiers de prestation de services intellectuels comme celui des avocats, le coeur de la valeur d’un cabinet réside dans son équipe. Pire encore, le coût d’un recrutement de collaborateur raté, en termes de temps investi, de rétrocession engagée, de perte de chance et de capital humain est considérable.

Voilà pourquoi nous repassons ici les étapes clefs et les points clefs à retenir pour trouver les bons profils. Il s’agira ensuite de les évaluer pour pouvoir faire son choix (un autre article traite de ce sujet).

Le portrait-robot

Cette première étape, hautement stratégique, est celle qui est le plus souvent oubliée par les avocats. Établir un portrait-robot de la personne que vous cherchez vous permettra d’être plus efficace dans vos recherches, mais aussi de mieux juger les candidats lors du processus de sélection.

Partez tout d’abord de vos besoins. Pourquoi recrutez-vous ? Quelles tâches avez-vous aujourd’hui besoin de déléguer à un (autre) collaborateur ?

Commencez par détailler ainsi la mission du poste. Quel sera le rôle principal de la personne que vous allez recruter ? Cette mission doit être claire, pour vous, mais aussi pour toutes les personnes qui travaillent au sein du cabinet.

Une fois cette mission déterminée, listes entre les tâches que le collaborateur aura à accomplir. Généralement, il y en a entre 3 et 8, et doivent être classées par ordre d’importance. L’idéal est également d’insérer des objectifs chiffrés et datés dans ces tâches. Chiffrer des objectifs relativement élevés permettra d’ailleurs d’éliminer d’emblée les mauvais candidats qui s’en trouveront découragés.

Ces tâches permettront également de rendre très clair le travail qui devra être accompli et d’avoir des objectifs dès le premier jour de travail.

Enfin, grâce à ces tâches, vous pourrez établir le portrait-robot du futur collaborateur. Pour être capable d’accomplir ces tâches, combien d’expérience doit-il avoir ? Doit-il être passé par un cabinet spécifique ? Doit-il avoir certaines spécialités ?

Le sourcing

Maintenant que vous avez votre portrait-robot, vous avez besoin de rencontrer de potentielles recrues. Il s’agit certainement de l’étape la plus difficile du recrutement, d’autant qu’elle est cruciale. En effet, un certain nombre de profils d’avocats sont dits pénuriques, en particulier à Paris… Heureusement plusieurs options, qui doivent être combinées, s’offrent à vous.

Les offres

Il s’agit là du premier réflexe des avocats : poster une offre d’emploi. S’il s’agit d’une étape nécessaire (parce que, comme on dit, on ne sait jamais), une offre d’emploi est généralement insuffisante. En effet, si les profils que vous cherchez sont pénuriques (comme des collaborateurs en droit social à Paris par exemple), cela veut dire qu’ils sont déjà très sollicités.

Ainsi, si vous n’avez pas une marque employeur très forte à l’image des grands cabinets, il est peu probable que suffisamment de profils pertinents toquent spontanément à la porte de votre cabinet.

La règle d’or en recrutement : les meilleurs profils sont rarement en recherche de poste. Il faut donc aller les chercher.

Les réseau

Votre premier réflexe doit donc être de vous tourner vers votre réseau. Il s’agit là d’un des canaux les plus efficaces. En effet, il s’agit d’une des raisons pour lesquelles le recrutement est un cercle vertueux (ou vicieux) : les meilleurs profils se connaissent et se reconnaissent…

Il s’agit bien sûr de votre réseau externe : amis avocats, anciens collaborateurs, amis de fac,… N’hésitez pas à leur envoyer un message avec le portrait-robot précis (que vous avez, puisque c’est la première étape) des personnes que vous cherchez.

Mais il s’agit également du réseau interne à votre cabinet. Si ce dernier fonctionne bien, vos collaborateurs sont votre meilleure arme de recrutement. Faites-leur également part du portrait-robot et dites-leur que vous avez besoin de leur aide. De nombreux cabinets vont même jusqu’à introduire des primes de cooptation (ex : 1000 € si vous me présentez quelqu’un qui finit par intégrer le cabinet). On en pense ce que l’on veut, mais cette méthode est généralement assez efficace.

La Chasse

Parallèlement à cela, il vous faut commencer à chasser. C’est effectivement chronophage, mais terriblement efficace. Qui plus est, les meilleurs profils sont souvent débauchés…

À l’aide de votre portrait-robot (encore lui !), utilisez la fonction recherche de Linkedin pour chercher les profils qui pourraient correspondre et ajoutez-les. Envoyer un message très simple à tous ceux qui vous acceptent pour leur proposer la première étape du processus, l’appel de présélection (voir notre prochain article sur les processus de recrutement). Voici à quoi ce type de message pourrait ressembler :

Bonjour XXX,

Comment allez-vous ? En cherchant sur Linkedin, je suis tombé sur votre profil. Bravo pour votre parcours ! Je connais personnellement le cabinet XX avocats, qui est une très bonne école.

Je suis personnellement associé chez XX avocats. Nous sommes en plein développement et cherchons des collaborateurs en social qui pourront nous aider à structurer l’équipe.

Si vous êtes intéressé(e), seriez-vous disponible la semaine prochaine pour en discuter par téléphone ?

Bien à vous,

Ce genre de message plaira aux profils que vous chassez. En effet, un associé s’intéresse personnellement à leur profil et leur propose un appel pour discuter d’une collaboration.

Chasser étant toujours chronophage, fixez-vous un créneau de 20 minutes tous les matins pour le faire. Il s’agira d’un investissement payant !

Les chasseurs

Nous venons de le dire, chasser est extrêmement efficace, mais aussi extrêmement chronophage. De nombreux chasseurs existent donc sur le marché.

Si vous manquez de temps et que vous avez une trésorerie solide, vous n’avez rien à perdre à recourir à leurs services. En effet, la plupart des chasseurs fonctionnent à l’honoraire de résultat. Vous ne paierez que si vous recrutez l’un des profils qu’ils vous proposent !

Recruter étant très cher en termes de temps investi par les associés, il est souvent rentable de recourir également à des chasseurs (en plus des méthodes ci-dessus !) pour maximiser ses chances de recruter.

Il est donc capital, pour bien recruter, de combiner ces différentes méthodes afin de pouvoir faire passer les meilleurs candidats en entretien. Dans cet autre article, nous voyons comment bâtir un processus de sélection fiable qui permette d’évaluer les bons candidats.

Partager cette publication