Avocats : Pourquoi inscrire votre cabinet dans une démarche environnementale ?

Rapport du GIEC alarmant et autres consensus scientifiques, il ne vous aura sans doute pas échappé que la planète a connu des jours meilleurs et que la nécessité d’agir pour rectifier le tir se fait de plus en plus pressante.

Du côté des entreprises, la prise de conscience s’opère depuis quelques années et a notamment était accompagnée par la loi Pacte, promulguée en 2019, venant instituer la notion « d’entreprise à mission », permettant à une entreprise d’intégrer dans ses statuts une raison d’être d’ordre social ou environnemental ainsi que des objectifs quantifiables à atteindre dans la réalisation de cette mission.

Un certain nombre d’avocats se sont d’ailleurs spécialisés sur ce créneau, accompagnant leurs clients dans la mise en place de leur démarche responsable. Pourtant, cette même dynamique éco-responsable peine à s’imposer dans les cabinets d’avocats, où elle n’est pas toujours perçue comme prioritaire.

Inscrire votre cabinet dans cette trajectoire représente pourtant de nombreux atouts, au-delà de la nécessité indéniable de prise de conscience généralisée sur ce sujet.

Ainsi, quels sont les avantages à faire de votre cabinet un modèle en termes d’écologie ? Et comment mettre en place des premières mesures simples dans ce sens ?

Les avantages d’une démarche environnementale

Gagner des talents

De nombreuses enquêtes en attestent, les jeunes diplômés, que ce soit d’écoles privées ou d’universités, sont de plus en plus attentifs aux valeurs de la structure dans laquelle ils s’apprêtent à travailler. Ainsi, d’après une enquête réalisée par l’EDHEC en 2022, 77% des étudiants en école de management considèrent que l’impact sociétal et environnemental de l’entreprise dans laquelle ils vont travailler est un critère déterminant de leur choix. S’il n’existe pas d’enquête précise sur le sujet concernant les jeunes avocats, il y a fort à parier que cette tendance se dessine également dans cette profession.

Chez Anomia, on sait que les cabinets d’avocats peinent parfois à recruter. Afficher clairement les valeurs de votre cabinet et mettre en place des mesures tangibles en termes d’environnement peut réellement être un élément différenciant auprès des candidats. Pour autant, pas question d’axer votre communication sur ces sujets dans un seul but d’attractivité et sans réelle mesure concrète derrière ; vous serez vite démasqués ! Alors, soyez transparents !

Gagner des clients

En ce qui concerne les marchés publics, l’intégration du développement durable et de la protection de l’environnement a été légiférée il y a quelques années déjà. En effet, notamment à la suite du Grenelle de l’environnement de 2007, plusieurs textes sont venus renforcer le poids de ces considérations dans les processus de sélection des prestataires de marché public. Il est par exemple possible d’intégrer dans les contrats de prestation de services relatifs aux marchés publics des engagements de la part du prestataire en termes d’incidence énergétique ou écologique, quand bien même cela n’aurait pas de lien direct avec l’objet du marché.

Pour ce qui est du privé, il n’y a pas de texte de loi si précis. Néanmoins, de nombreuses entreprises ont pris d’elles-mêmes le pli de faire appel à ce type de critères dans la détermination de leurs prestataires ou partenaires. Ainsi, il n’est plus rare, notamment dans les grands groupes, que ces critères soient fixés dans les politiques internes de l’entreprise. Quant aux plus petites structures type start-ups ou jeunes entreprises, une forte part d’entre elles ont intégré la responsabilité environnementale dans leur ADN, ce qui se reflète automatiquement sur le choix de leurs conseils !

Peu importe votre cible, être aligné sur le sujet environnemental peut réellement représenter un atout pour votre cabinet.

Gagner de l’argent

Si cela peut vous faire gagner des clients, cela peut vous faire gagner de l’argent. Jusqu’ici, c’est plutôt logique.

Pas seulement ! Mettre en place de nouvelles règles dans votre cabinet afin de limiter son impact peut également vous mener à terme à faire des économies d’échelle. Que ce soit par le choix de locaux à faible consommation d’énergie, par l’achat de matériel reconditionné (de seconde main) ou encore par l’encadrement strict des déplacements en avion, vous serez gagnants économiquement parlant.

Concrètement, comment fait-on ?

Dédier des forces de travail au sujet

Nous sommes bien conscients de l’emploi du temps chargé des avocats. Cependant, il peut être pertinent, en fonction de la taille du cabinet, que des volontaires se chargent d’élaborer la stratégie environnementale de la structure et de superviser sa mise en œuvre.

Une personne peut donc être désignée en interne afin de prendre en charge le sujet, en plus de son poste habituel. Évidemment, il peut autant s’agir d’un.e avocat.e que d’un.e assistant.e. Vous n’arrivez à pas à choisir ? Créez un groupe de réflexion composé de plusieurs personnes entre lesquelles les tâches seront réparties ! Il est en plus intéressant que l’élaboration d’un plan d’action environnemental se fasse par consensus de plusieurs personnes du cabinet. Ce faisant, les décisions prises seront en adéquation avec les impératifs des différentes fonctions présentes dans le cabinet et potentiellement mieux appliquées.

Commencer par poser un diagnostic

La réalisation d’un bilan carbone de votre cabinet vous permettra de faire un état des lieux des différents postes d’émission et ainsi de savoir sur lesquels axer votre stratégie. Basé sur la méthodologie de l’ADEME (l’organisme d’Etat pour la transilien écologique), le bilan carbone permet de quantifier les émissions directes et indirectes de votre structure et de mettre en place des actions afin de les réduire. Si pendant longtemps la réalisation d’un tel bilan appartenait exclusivement aux cabinets de conseil comme Carbone4, de nouveaux acteurs ont fait leur apparition sur le marché. Vous pouvez dorénavant faire votre bilan en interne via des outils SaaS simples d’utilisation et à moindre coût, comme Sami, Carbo ou Greenly.

Mettre en place des actions concrètes

Comme évoqué ci-dessus, plusieurs champs d’action sont possibles.

Tout d’abord, vous pouvez agir au niveau des locaux de votre cabinet. Si un déménagement est prévu, viser un bâtiment de catégorie A, ce qui signifie que le bâtiment émet moins de 5kg équivalent CO2 au mètre carré par an.

De plus, changez également vos habitudes quotidiennes ! On sait par exemple que les avocats ont une forte tendance à imprimer de nombreux documents. Essayer d’utiliser des outils informatiques vous permettant de centraliser les dossiers et d’éviter au maximum le papier. Vous pouvez aussi mettre en place une politique interne d’achats responsables. Réaliser des achats responsables, c’est évaluer l’impact social et environnemental de ses achats, notamment par l’analyse de cycle de vie (ACV) des produits achetés. Le cycle de vie d’un produit prend en compte toutes les activités qui entrent en jeu dans sa fabrication, son utilisation, son transport et son élimination. Acheter responsable, c’est donc se procurer des équipements auprès d’entreprises de qualité, respectueuses de la planète et de la société.

De manière plus concrète, cela peut se traduire par le fait de ne se fournir qu’auprès d’entreprises ayant réalisé un bilan carbone s’accompagnant de mesures d’amélioration concrètes ; de ne choisir que des logiciels SaaS hébergés sur des serveurs green ; d’acheter des tupperwares pour tous afin de baisser la consommation de plastique et donc le nombre de déchets produits par l’entreprise. Un des postes ayant le plus d’impact est celui de l’achat d’équipements informatiques. Le fait pour une entreprise de rendre automatique l’achat de produits reconditionnés permet à la fois de participer à la baisse des déchets de numérique, d’allonger la durée de vie du matériel mais aussi de faire des économies, un ordinateur ou un portable reconditionné en parfait état coûtant en moyenne 30% de moins qu’un produit neuf.

Enfin, encouragez vos consoeurs, confrères et autres salariés du cabinet à changer leurs habitudes, notamment en termes de transport. Que ce soit pour les trajets entre leur domicile et leur travail ou les déplacements professionnels, le transport représente souvent une part conséquente des émissions de CO2 des sociétés. C’est pourquoi limiter les déplacements, rendre obligatoire le fait de prendre le train plutôt que l’avion sauf impossibilité géographique, financer l’achat d’un vélo pour tous les membres du cabinet peut consolider la dynamique écologique de l’entreprise.

Sensibiliser les équipes

Vous êtes attentifs à ces sujets mais ne savez pas comment sensibiliser le reste des équipes ? De nombreuses associations proposent aujourd’hui des ateliers afin de comprendre et mieux appréhender ces enjeux. C’est le cas par exemple de la Fresque du Climat : 3 heures d’atelier collaboratif afin d’être mieux informé sur le sujet et d’être davantage conscient de la nécessité d’action. L’occasion parfaite pour partager un moment de « team building » dans le cabinet et de renforcer l’esprit d’équipe !

Etre en avance sur ces sujets de RSE peut réellement être un avantage concurrentiel pour votre cabinet, accompagné d’une dynamique de développement plus globale, alors lancez-vous !

Partager cette publication