“Les clients viennent nous voir pour avoir des solutions”, Alexandre Ghesquière, avocat associé chez Bignon Lebray

Aujourd’hui dans cet épisode d’AdVocat, nous recevons Alexandre Ghesquière, avocat associé chez Bignon Lebray.

Avant de rejoindre Bignon Lebray, il travaillait dans le cabinet anglais Hogan Lovells. Il décide de changer de cabinet pour retrouver un environnement à taille humaine, “bien positionné” en droit des affaires.

Bignon Lebray connaît toutefois une croissance exponentielle, Alexandre explique qu’ils ont doublé leurs effectifs depuis son arrivée il y a 10 ans.

Alexandre intervient en droit des sociétés. Il conseille principalement des entrepreneurs et les accompagne de la création de leur entreprise à la levée de fonds. Il s’occupe également de dossiers M&A.

Alexandre met l’accent sur l’importance du côté entrepreneurial d’un avocat. “Tu as beau être le meilleur technicien, si tu ne sais pas te vendre, personne ne le sauras jamais”

Lui, il a toujours développé sa clientèle et encourage ses jeunes collaborateurs à faire de même.

Au niveau du mode de facturation qu’il privilégie, le cabinet fonctionne principalement à la facturation au temps passé. Ils utilisent parfois le forfait, selon les envies du client. 

En effet, Alexandre ne tient pas à détériorer la relation client à cause du mode de facturation. Il se positionne alors selon les préférences du client.

Pour les clients qu’ils accompagnent sur le long terme, il peut appliquer des tarifs préférentiels, notamment avec les entrepreneurs.

Alexandre partage son département avec deux autres associés. Aucun risque de se marcher sur les pieds puisque chacun a une spécialité différente. Au contraire, ils se recommandent régulièrement auprès de leurs clients respectifs.

Concernant le fonctionnement du cabinet. Leurs objectifs sont définis au niveau central pour chaque cabinet Bignon Lebray. Ils ont un objectif de CA annuel global. Cet objectif peut être atteint via la production ou via le développement, en apportant du “business” aux autres.

Avoir un objectif commun permet de ne pas léser les avocats davantage techniciens ou les avocats davantage développeurs.

Le cabinet fonctionne sur un système de rémunération au lockstep avec objectifs chiffrés. 

Pour développer sa clientèle, Alexandre utilise le bouche à oreille. Il est également actif sur les réseaux sociaux, qu’il reconnaît comme un outil de développement commercial non négligeable. 

Son objectif pour le futur c’est de continuer à développer le cabinet Bignon Lebray de Lille en traitant des dossiers de plus plus intéressants.

L’équipe Anomia vous souhaite une excellente écoute !



Partager cette publication