Lauréat du prix “Maurice Cozian” 2019

Jérémy Martins est major de la promotion 2019 du Master 2 « Droit de l’entreprise et des affaires – DJCE » de la Faculté de Droit, Sciences économiques et Gestion de Nancy.

Lors de cette année d’études, il a su se distinguer à plusieurs reprises en remportant des concours juridiques. Il a notamment participé et obtenu la première place du prestigieux prix “Maurice Cozian”. L’équipe d’Anomia a voulu en savoir plus sur ce prix, sur ce qu’il apporte aux étudiants qui y participent et, a fortiori, à ceux qui réussissent à le décrocher.

Peux-tu décrire le prix Maurice Cozian ? Qui le décerne ? Qui peut y candidater ? …

Le prix Maurice Cozian est un concours en droit fiscal unique en ce qu’il rassemble tous les acteurs de la fiscalité : l’administration via la Direction des vérifications nationales et internationales (DVNI) et la Direction générale des entreprises (DGE), les avocats représentés par l’Institut des Avocats Conseils Fiscaux (IACF), les magistrats à travers la Cours Administrative d’Appel de Paris, l’université avec la Fédération nationale pour le droit de l’entreprise (FNDE) et les revues juridiques grâce au soutien de LexisNexis.

Chacun des onze centres DJCE est représenté par l’un de ses étudiants désigné par ses professeurs. Pour ce qui est de la sélection du candidat de Nancy, les responsables du module fiscalité du Master 2 ont invité les étudiants ayant obtenu les meilleurs résultats aux épreuves de fiscalité à passer à la fin de l’année universitaire une simulation du concours à l’issue de laquelle, j’ai été désigné pour représenter mon diplôme lors de l’édition 2019 du concours.

Les onze étudiants choisis comme candidats participent au concours au mois de juin dans les locaux la Faculté de droit de Montpellier, en même temps que le certificat de spécialisation que passe tous les étudiants des DJCE de France. Même si les résultats sont connus le jour même, le prix n’est officiellement décerné aux trois premiers que lors d’une cérémonie à la fin automne qui se tient à Paris, cette année à la Cour administrative d’appel.

Quelles sont les épreuves pour obtenir ce prix ? Ou, autrement dit, quelles sont les compétences et les connaissances examinées ?

Une fois sélectionnés parmi leurs camarades, les représentants des différents DJCE passent un oral de 20 minutes devant un jury composé de représentants des différents organisateurs. Le jury compte en son sein deux responsables de l’administration fiscale, deux universitaires, un avocat et un magistrat. En 2019, le jury était composé de Maxime Gauthier, Frédéric Iannucci, Philippe Grousset, Florence Deboissy, Philippe Oudenot, et Suzanne Tandonnet-Turot.

Les candidats doivent exposer au jury leurs réflexions sur un cas qu’ils ont pu préparer pendant 1 heure. Si les sujets demandent toujours de solides connaissances en fiscalité, ils visent également à tester la réflexion des candidats sur des sujets fiscaux dont la solution n’est pas évidente.

Qu’apporte le prix Maurice Cozian ?

Le prix Maurice Cozian offre notamment aux trois premiers une récompense pécuniaire allant jusqu’à 3000 euros pour le lauréat ainsi que la possibilité de réaliser un stage, au choix, à la DVNI, à la DGE, à la CAA de Paris ou encore au Conseil d’Etat.

Outre ces récompenses, le prix Maurice Cozian est également l’occasion de se distinguer pour les trois récompensés grâce à l’excellente notoriété dont il jouit. Au-delà des institutions qu’il associe, sa cérémonie est un événement important de la fiscalité à Paris grâce à la diversité des profils qu’elle réunit, cérémonie à laquelle assistent de nombreux fiscalistes. Il est donc l’occasion pour les trois récompensés de rencontrer de nombreuses personnalités parisiennes de la fiscalité.

De façon plus globale, que peuvent apporter les prix à des étudiants en Droit ?

Dans un contexte où il est de plus en plus difficile pour les jeunes diplômés de se démarquer par leurs seuls diplômes, les concours constituent une occasion unique de se différencier sur le marché du travail, puisque le nombre de leurs lauréats est par essence limité. C’est d’autant plus vrai pour le prix Maurice Cozian grâce au prestige que celui-ci a auprès des professionnels de la fiscalité.

Si tu devais conseiller un étudiant qui souhaiterait concourir à ce prix, que lui dirais-tu ?

Le conseil que je donnerais à un étudiant intéressé par ce concours serait de ne pas l’aborder comme un test de ses connaissances en fiscalité. La maîtrise des mécanismes fiscaux est évidemment un préalable indispensable, mais elle n’est pas suffisante. Le concours vise à jauger de l’affinité des candidats avec le droit fiscal, et leur capacité à développer une réflexion à son sujet. Comme pour toutes les autres branches du droit, il ne suffit pas d’apprendre les règles, il faut également prendre du recul et comprendre leurs finalités afin de réellement les maîtriser. La réponse au sujet donné au concours, si elle existe, ne se trouve jamais écrite noir sur blanc dans un article du Code général des impôts.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


La newsletter Anomia

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez nos 290 avocats abonnés.