Guide méthodique : La facturation pour les cabinets d’avocats

Selon une étude du groupe Septeo, plus de 66 % des avocats français facturent au moins une partie de leurs prestations au temps passé.

Pourtant, ce mode de facturation est de plus en plus délaissé par les entreprises, tous secteurs confondus. En effet, la facturation au temps passé comporte beaucoup d’inconvénients, notamment aux yeux du client.

Or, une facturation bien pensée et adaptée à votre client peut s’avérer être un véritable avantage concurrentiel. Plus que jamais, les avocats doivent se pencher sur ces questions pour continuer à se distinguer face à la concurrence et repenser leur rentabilité.

Ce guide vous permettra de mieux comprendre les différents modes de facturation afin de vous adapter à ces mutations de marché.

Au cours de ce manuel de 10 pages, vous découvrirez :

1. Les limites de la facturation au temps passé

La facturation au temps passé comporte de nombreux inconvénients et ce mode de fonctionnement ne doit plus être la norme si vous souhaitez vous distinguer de la concurrence.

2. La mise en place du forfait

Le forfait vient à contre-courant de la facturation au temps passé et n’est pas encore utilisé par tous les avocats. Il s’agit néanmoins d’une méthode bénéfique pour votre cabinet si elle est bien pensée.

3. Le pack horaire, une méthode de transition

Le pack horaire est de plus en plus utilisé par les cabinets d’avocats souhaitant se désengager de la facturation au temps passé. Il s’agit d’une bonne méthode pour commencer votre transition.

4. L’honoraire de résultat pour un partage du risque

Souvent pratiqué en contentieux, l’honoraire de résultat peut être développé dans d’autres prestations comme c’est le cas aujourd’hui en entreprise.

5. Les abonnements, revenus récurrents

Les abonnements sont une source de revenu récurrent pour votre cabinet, il est donc essentiel de comprendre son fonctionnement ainsi que ses modalités d’implémentation.

 

Partager cette publication