podcast

Gérer les finances de son cabinet d’avocats

Valentin Tonti Bernard

Gérer les finances de son cabinet d’avocats
Valentin Tonti Bernard
Valentin Tonti Bernard
14/10
Date
8h
Horaire
Gratuit
Prix

Bien souvent les cabinets d’avocats suivent les indicateurs suivants : leur factration, leur recouvrement, la trésorerie, voire leur chiffre d’affaires personnels s’ils sont dans une large structure.

Or, ces indicateurs sont loin d’être suffisant pour celui qui souhaite développer sur le long terme son entreprise. En effet, il vous manque des indicateurs stratégiques tels que le panier moyen par client, le coût d’acquisition moyen par client, votre potentiel d’investissement, …

De la création de votre entreprise, jusqu’à l’optimisation de votre modèle et la décision de recrutement, Anomia vous donne les clefs pour gérer au mieux les finances de votre cabinet d’avocats.

1. La gestion financière au moment de la création de son cabinet

Avant de créer votre propre cabinet, vous êtes très probablement en collaboration. Afin de s’assurer que votre prise d’indépendance s’avère fructueuse, il est important d’analyser le chiffre d’affaires que vous pouvez apporter immédiatement à votre nouvelle enreprise : est-ce que votre chiffre d’affaires personnel actuel est suffisant pour vous installer ? Quelle part de votre clientèle personnelle pouvez-vous emporter avec vous en quittant votre cabinet ? De combien estimez-vous que votre chiffre d’affaires augmente dans les premiers mois de votre activité d’indépendant ?

Chez Anomia, nous estimons que lorsque votre chiffre d’affaires actuel vous permettrait de payer les charges fixes d’un cabinet (hors votre salaire), alors il est temps de se lancer.

Gardez bien en tête qu’en vous mettant à votre compte, vous aurez immédiatement plus de temps pour acquérir des clients et faire gonfler votre chiffre d’affaires. De plus, en créant votre cabinet, vous aurez une traction immédiate si vous communiquez correctement dessus sur vos réseaux professionnels tels LinkedIn.

Pensez cependant à limiter au maximum vos coûts fixes dans les premiers temps. Evitez par exemple de vous prendre dès les premiers mois des bureaux luxueux que vous ne financer. Cela ne fera que ralentir votre développement.

2. Gérer ses finances en fonction de son modèle économique

Tout cabinet d’avocats a un modèle économique bien à lui. Cependant, il est possible de distinguer quatre grandes catégories dans lesquelles placer les cabinets d’avocats. Chaque modèle a un fonctionnement et des enjeux particuliers. En comprennant le modèle de votre cabinet, vous comprendrez comment gérer au mieux ses fiances.

Les modèles sont définis en fonction de deux critères : le degré d’interaction avec le client et le degré de standardisation de la prestation.

Modèle 1 : forte interaction avec le client et prestation sur-mesure

Ce genre de cabinet fait souvent du conseil stratégique. Nous pouvons citer par exemple le cabinet Darrois ou Bredin Prat.

Dans ce genre de modèle, le panier moyen par client est très cher, les honoraires des avocats sont élevés. La clientèle est très qualitative mais peu nomrbreuse.

L’enjeu pour ce type de cabinet est de fidéliser les gros clients et augmenter le panier moyen de la clientèle actuelle.

Modèle 2 : forte interaction avec le client et prestation standardisable

Pour ce genre de cabinet, le panier moyen d’un client et les honoraires des avocats sont moins élevés que dans le modèle 1.

Néanmoins, le caractère standardisable des tâches permet aux avocats de traiter avec un plus grand nombre de clients en gagnant du temps sur les tâches répétitives.

L’enjeu sera ici de réduire le coût d’acquisition par client, c’est-à-dire ce que vous avez dépensé pour signer avec ce client (temps passé à négocier, participation à un salon professionnel, etc.) et d’augmenter au maximum la rentabilité d’une prestation, en réduisant les coûts de production par exemple.

Modèle 3 : faible interaction avec le client et prestation sur-mesure

Les avocats travaillant dans ce genre de cabinet se doivent d’être très spécialisés et qualifiés. Les clients viennet d’eux-mêmes grâce à la forte notoriété du cabinet, pour y trouver une grande expertise dans un sujet de pojnte. Le coût d’acquisition moyen d’un client est donc faible, tout en ayant une forte rentabilité.

Néanmoins, le genre de cabinet nécessite une grande expertise dans un sujet particulier.

Ce genre de cabinet répond à des besoins très spécifiques, l’enjeu sera donc d’optimiser au maximum la rentabilité de chaque prestation, en ayant des honoraires assez élevés par exemple.

Modèle 4 : faible interaction avec le client et prestation standardisable

Ce genre de cabinet a souvent une politique de prix accessibles et une forte standardisation des processus de production. On peut notamment citer le cabinet BOLD.

L’enjeu est ici d’être rentable sur des prestations à faible rendement, en faisant beaucoup de volume ou en réalisant de la vente additionnelle de prestations plus rentables.

3. Calculer son coût d’acquisition client et savoir quand recruter

Pour calculer le coût d’acquisition client de votre cabinet, il vous faut croiser les trois données suivantes : quel à été le temps nécesaiire passé sur l’opération d’acquisition (appel téléphonique, conférence, formation, …) et le budget que vous y avez consacré par rapport à ce que cela vous a apporté ?

Parmi les opérations d’acquisition, on peut notamment penser à publier un article, organiser une formation pour les professionnels, participer à des salons professionnels, …

Si cette opération vous coûte plus cher que cela vous rapporte, il faut absolument cesser de l’effectuer.

En termes de recrutement, chez Anomia, nosu estimons que lors que vous avez assez de trésorerie pour payer pendant 3 mois vos charges fixes et votre salaire, alors il est temps de recruter.

Si vous n’avez plus le temps pour faire de l’acquisition alors que vous êtes à la tête de votre cabinet, il nécessaire que vous recrutiez un collaborateur afin qu’il prenne en charge une partie de votre production.

Cela pourrait vous interesser

3/3 – Avocats : Comment développer son activité dans le grand Ouest ?
04/27/2022-Développement commercial
3/3 – Avocats : Comment développer son activité dans le grand Ouest ?
Dans cette série de 3 webinaires, nous nous intéressons au développement commercial à travers un positionnement sectoriel. Mercredi...
2/3 – Avocats : Comment développer son activité dans le grand Ouest ?
04/20/2022-Développement commercial
2/3 – Avocats : Comment développer son activité dans le grand Ouest ?
Dans cette série de 3 webinaires, nous nous intéressons au développement commercial à travers un positionnement sectoriel. Mercredi...
1/3 – Avocats : Comment développer son activité dans le grand Ouest ?
04/13/2022-Développement commercial
1/3 – Avocats : Comment développer son activité dans le grand Ouest ?
Dans cette série de 3 webinaires, nous nous intéressons au développement commercial à travers un positionnement sectoriel. Mercredi...
Navigation