ancienne du djce Nancy, elle travaille aujourd'hui chez Darrois

“Il faut toujours essayer, une porte finira par s’ouvrir” Julie Pasternak, avocate chez Darrois.

Le djce Nancy: la clef pour l’entrée dans le monde du travail

Julie Pasternak, collaboratrice dans le cabinet Darrois, vous retrace son parcours. Elle vous conte ses premières passions pour le droit, ses réussites mais aussi ses échecs et vous donne ses conseils pour réussir. Après 3 ans à la faculté de droit de Metz, elle enre en M1 à Nancy où elle développé une certaine appétence pour la fiscalité. Suite à ce M1, elle entre au djce de Nancy. Elle est dithyrambique concernant le djce de Nancy.

               En effet, le djce de Nancy a formé de grands professionnels travaillant dans les meilleurs cabinets français. Ce diplôme amène un côté pratique qui n’est pas bien appréhendé en université. Des juristes d’entreprises, des avocats fiscalistes et d’autres professionnels du monde juridique. Le djce permet aussi de connaître les grands cabinets d’avocats. De plus, le diplôme de juriste conseil d’entreprise permet également de rester très généraliste dans la façon d’appréhender le droit. Cette qualité est très recherché dans des grands cabinets comme Darrois car elle permet d’appréhender des dossiers sous plusieurs angles juridiques différents.

Le djce Nancy : pont d’or vers les grands cabinets

Suite au djce, Elle décide de faire son premier stage dans le cabinet de ses rêves : le cabinet Darrois. L’organisation du cabinet lui a tout de suite plu car les stagiaires ne sont pas affiliés à un département en particulier. Ils peuvent ainsi explorer plusieurs domaines comme la M&A, la fiscalité, le droit pénal des affaires. Ainsi, cela permet aux stagiaires de développer une approche pluridisciplinaire mais aussi d’acquérir des réflexes dans les contentieux mais aussi dans le conseil pour les clients.

               Ce stage chez Darrois lui a également permis de mettre une belle ligne après celle du djce sur son CV. Ce faisant, elle a pu obtenir un deuxième stage chez CVML, un jeune cabinet d’avocats entrepreneurs.  Elle s’y est beaucoup plu et a donc décider d’y réaliser son alternance. En effet, son année à l’EDHAC s’est faite en parallèle de son stage via l’alternance. Cette année à l’EDHAC fut selon elle une perte de temps. Les cours assurés ne sont pas adaptés au monde professionnel. En outre, ils englobent des futurs avocats qui n’exerceront pas du tout dans les mêmes spécialités. Les cours en droit des sociétés pour des étudiants sortant de djce sont beaucoup trop simples.

               Enfin, elle finit ses études en effectuant son PPI au Conseil d’Etat. Profitant du fait que Laurent oléon était le parrain de sa promotion du djce, elle le sollicite pour un stage. Julie y effectue donc son stage de fin d’étude dans la subdivision des contentieux et qualifie cette expérience de magnifique. Obtenant son CAPA, elle retourne dans le cabinet CLMV.

Les clefs pour réussir dans un grand cabinet d’avocats

Bien qu’ayant reçu une proposition de Darrois pour devenir collaboratrice dans le département fiscalité, elle retourne à CLMV. En effet, durant osn alternance, le cabinet lui a proposé un contrat de collaboratrice lorsqu’elle serait diplômée et elle avait décidé d’accepter. En outre, cette collaboration lui a permis de demeurer une avocat pluridisciplinaire et de commencer à avoir les automatismes inhérent au méteir d’avocat. Un an et demi après sa prise de fonction, le cabinet Darrois est revenu à la charge. Elle a accepté de les rejoindre sous condition : elle devait garder une certaine liberté dans sa manière d’exercer et ne pas être uniquement spécialisé en fiscalité. Au cours de ses huit années qu’elle passe chez Darrois, elle a pu acquérir une expérience qui lui permet d’évoluer dans sa manière de pratiquer le droit. Elle ne traiterait plus de la même manière des dossiers qu’elle a traitée cinq ans plutôt. C’est ça qu’elle aime particulièrement dans son travail, Julie doit se remettre continuellement en cause et faire évoluer sa pratique pour toujours rester performante dans son activité.  Il faut que la performance s’allie également à un travail d’équipe performant. Ce dernier passe par la confiance entre les différents intervenants sur un dossier. Savoir déléguer, avoir confiance en ses collaborateurs et en leur capacité sont les maîtres mots pour avoir un travail performant.

Partager cette publication








Aller à la barre d’outils