illustration couverture du podcast

“Créer son cabinet d’avocats en région” Garance Lephilibert, avocat individuel

Comment Garance a décidé de créer son cabinet ?

Garance Lephilibert est entrée à la fac de droit dans l’optique de faire du droit pénal et passe un DU de criminologie en parallèle d’une licence d’administration publique. Elle se destine à être commissaire de police, mais, finalement, une rencontre avec un confrère avocat lui donne envie d’être avocate en droit des assurances dans le domaine de la construction. Elle décide donc de faire un stage avec cet avocat et découvre une discipline cartésienne, à haute valeur ajoutée, ancrée dans le territoire et proche des acteurs sociaux. Elle effectue alors un master I en droit des affaires, puis un master II en droit des assurances. Elle choisit de se “spécialiser” dans l’immobilier et la construction en entamant sa première collaboration à Nantes.

Pendant deux ans de collaboration, Garance pense à créer sa structure afin d’être libre et de mener une aventure entrepreneuriale. Elle désire être patron et développer sa propre clientèle. Afin d’amorcer une transition, elle identifie sa cible : les entreprises du bâtiment. Toutefois, elle ressent un manque en terme de marketing et d’acquisition de clientèle. Elle décide donc de suivre la formation Anomia. Là, elle comprend qu’elle est tout à fait légitime et en droit de proposer ses services en sollicitant spontanément sa cible avec une idée bien précise en tête.

Le positionnement de Garance.

En ce qui concerne son positionnement, Garance a fourni un gros travail sur LinkedIn afin de gagner en visibilité ce qui lui permet de toucher les prospects qui l’intéressent, à savoir les syndics de copropriété, les architectes, les bureaux d’études et les promoteurs. Elle conserve plusieurs clientèles afin d’avoir une vue d’ensemble sur le secteur de l’immobilier. Pour démarcher ses cibles, Garance demande à ses prospects de lui parler de leur activité et de leurs problématiques : c’est une politique d’échange et d’écoute. Garance aime aller sur le terrain et comprendre concrètement le problème de son client pour lui apporter une solution juridique.

Le but est d’installer une relation de confiance mutuelle afin d’assister les clients sur la durée. Avec son futur associé, Guillaume Guillevic, qui travaille en droit commercial, en baux commerciaux et en procédures collectives, elle veut encadrer les entreprises du bâtiment et de la construction dans leur globalité. Guillaume s’occupe de l’entreprise dans sa vie au quotidien et Garance s’occupe des problématiques de responsabilités. Elle souhaite avoir des clients qui lui ressemblent avec une forte proximité. Cette proximité avec les entreprises n’est pas gérée par réseaux, newsletter, outils digitaux, etc., mais par un contact humain (appel, whatsapp, disponibilité, etc.).

Être jeune avocat et choisir son positionnement.

Garance a su s’identifier et se montrer identifiable, i.e. ne prendre que les dossiers dans son scope de compétences pour 3 raisons:

1- Par envie
2- Pour l’intérêt du client
3- Par rentabilité

La spécialité demande à minima 4 ans d’exercice. De ce fait, quand on est jeune avocat et qu’on a la volonté de créer son cabinet, on n’a pas de spécialité. Cela ne doit pas être un frein, mais doit plutôt encourager à jouer sur l’image et le positionnement. Tout cela n’empêche pas Garance d’avoir un mentor, pour qui elle travaille un jour par semaine, et d’avoir une aide sur des dossiers particuliers. Garance n’envisage pas d’être avocate toute seule, il ne s’agit que d’un tremplin pour développer son activité.

Le début du cabinet comme indépendant.

Au début, Garance a ressenti beaucoup d’angoisse à l’idée de faire le grand saut sans une clientèle conséquente. Des questions se posent : “Comment vais-je assumer les charges ?” , “Comment vais-je réussir à facturer? ” etc., mais elle a su s’investir à 100% dans son métier et son cabinet. Aujourd’hui, elle a largement dépassé ses objectifs en travaillant d’arrache-pied et en se donnant les moyens. Selon elle, l’important a été d’avoir une approche client qui correspond à celle de son activité et de travailler efficacement.

Au vu de sa réussite, Garance prévoit de créer une structure commune avec Guillaume en 2022.

La création d’un nouveau cabinet.

Un temps est nécessaire afin de définir les modalités de ce changement et de consolider la relation avec son futur associé. Le but de cette coopération avec Guillaume a été de tester l’entente, les relations et la rentabilité du projet. La vision de ce cabinet est entrepreneuriale, mais il est important de coller aux envies et aux besoins de chacun. Des milliers de questions se posent et doivent être traitées : “Quelle va être la taille de ce cabinet ? ” , ” Reste-t-on deux associés ? ” , “Quel va être le nom ? ” , etc.


Garance et Guillaume ont choisi un modèle plutôt égalitaire avec une image de marque forte. Les avocats travailleront pour le cabinet et non pour eux. Garance sera en charge de l’acquisition de clientèle et Guillaume sera en charge de la production, du management et de la délégation des tâches.


Dans ce podcast, on aborde aussi :

1- Le chemin vers la création d’une activité d’avocat indépendant
2- La structuration des relations clients
3- Le positionnement sur un secteur précis
4- La création d’une structure avec un confrère
5- La vision entrepreneurial d’un cabinet d’avocatToute l’équipe d’Anomia vous souhaite une excellente écoute !



Partager cette publication